Les micro-bars

Tout ce qui est petit est mignon !

© Camille Griffoulières
Bars

Les Idiots

Ce minuscule bar sur le boulevard Ménilmontant est difficile à trouver, mais une fois essayé on y revient souvent pour prendre un dernier verre. Les Idiots est un repère pour les habitués du quartier, attirés par son joli cadre vintage, son équipe relax, ses petits prix et son ambiance conviviale. Aux Idiots on croise d’ailleurs plutôt des bobos cultivés que des ignares, et des cerveaux endurcis aux stratégies d’échecs, dont un jeu est mis à disposition par le jeune patron du bar, fort sympathique. Si vous avez un petit faible pour le rhum, vous ne résisterez pas longtemps à l’appel du planteur maison servi au pichet ou à 3 euros le verre, ou à celui du mojito géant à 6 euros. La suite

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Petit Monaco

Ce petit bar n’a de monégasque que le nom : en effet, c'est le moins cher du quartier. Vous risquez d'ailleurs de passer devant sans le voir, tant il est discret et à l’abri de l’agitation du Carreau du temple en plein Marais. C’est pour ça justement qu’on l’aime bien le Petit Monaco ! Son ambiance sans prétention dans un quartier qui se la joue, ses habitués de tous âges qui papotent avec le patron et se connaissent, et pour son demi au prix syndical de 2,50 euros au comptoir. Ce bar à peine plus large qu’un couloir dispose d’une paire de tables... Lire la suite

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Syndicat

« Rendez-vous au 51 rue du Faubourg Saint-Denis. Demandez le Syndicat. » Dans un souffle, nous avions l’adresse. Nous savions qu’il y avait là un bastion de la résistance. Une organisation très secrète qui luttait contre l’oubli. Des éléments ? Nous n’en avions pas plus. C’est donc le pas pressé et le col de notre imper remonté jusqu’au menton que nous nous sommes hâtés dans ce quartier désormais très prisé du 10e arrondissement. Une façade décrépite, des affiches placardées sur une épaisseur de 5 centimètres… Mais où est ce bar ? Un homme devant une porte à la mine patibulaire (allez, pas tant que ça, en vrai)… On s’attendrait presque à devoir chuchoter un mot de passe : « L’Organisation de défense des spiritueux français, s’il vous plaît. » Allez, on range son Beretta, c’est bien là !C’est sur un concept très rafraîchissant que Sullivan Doh et Romain Le Mouellic ont décidé de fonder un rade aux allures de bar clandestin, qui contraste nettement avec un intérieur clinquant aux tonalités mordorées. Une façon de se réapproprier des alcools oubliés de nos contemporains et de leur redonner toutes leurs lettres de noblesse. Cognacs, armagnacs, eaux de vie… L’occasion de (re)découvrir la prune de pépé, dans un style bien plus recherché. De la dégustation de crus millésimés, aux classiques revisités en passant par des créations singulières et osées (cocktails autour de 10 euros, dégustation de cognacs autour de 20 euros), c’est à une véritable ode aux alcools français bien souvent

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

UDO Bar

Dans ce petit bar de quartier remuant, il flotte une sympathique ambiance berlinoise. Live d’électro minimale branchée, ambiance décontractée, bières importées, tout rappelle la capitale allemande. Surtout les « currywurst », une spécialité de saucisses au curry, que l’on arrose généreusement de bière à la pression, avec l’une des deux Paulaner, fruitées et légères, ou bien avec une Früh Kolsch ou une Kölschkranz (à vos souhaits !). En bouteille, vous ne serez pas déçus non plus par la palette de bières réputées outre-Rhin, comme la Triple Cauwe, la Rohaus ou la Jever. La suite

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Dix Bar

Ce rade de quartier est miraculeusement conservé dans son jus (de sangria) depuis 1955. Difficile de faire plus authentique que ce micro-bar et sa cave qui sentent le renfermé, couverts d’affiches patinées par la nicotine. Les clients glissent quelques euros dans la fente, et un jukebox de collection se réveille pour jouer des tubes d’un autre temps, du Goldman, Brassens, Ferré... Les barmans moustachus, bourrus mais sympathiques sont là pour recadrer ceux qui braillent trop fort sur la musique, et pour essuyer la sangria maison qu'on renverse sur les tables après quelques tournées. La carte n'est pas des plus élaborées : à part quelques bières en bouteille et des tartines au chorizo ou fromage, ça sera sangria et sangria ! Elle est bonne, fruitée, pas chère, et on en redemande toute la soirée.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Zéro Zéro

L’être humain est hautement compressible : si vous en doutez, l’expérience est validée chaque week-end au Zéro Zéro. Dans ce bar qui attire une foule démesurée dans quelques mètres carrés, ouvrir la porte est déjà une bataille. La seule solution pour avancer est de danser en renversant le moins possible sa bière. Mais ici on n'a pas peur de mouiller sa chemise, on se lâche vite dans cette ambiance survoltée et festive. La raison d’un tel succès ? Le son d’abord. Tous les jours, les platines posées ici sont maniées par des DJs pointus, souvent house, minimale et hip-hop/funk. La suite

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

La Petite Chaufferie

Qui n’a jamais rêvé d’ouvrir un bar avec ses potes ? De prendre Patricia, des ressources humaines, entre quatre yeux pour lui parler de son problème de sudation avant de claquer la porte et de dire adieu à la vie de bureau. Qui n’a jamais rêvé de travailler dans un open-space où c’est le débit d’alcool qui est primordial ? D’imaginer le zinc parfait, le bar idéal, celui dont tout le monde désirerait ardemment être le pilier.Ce projet-là, les copains aux manettes de la Petite Chaufferie l’ont réalisé. Las d’écumer les bars parisiens sans y trouver, la plupart du temps, ni la qualité, ni la musique, ni les tarifs espérés, ils ont donc remonté leurs manches pour faire vivre leurs envies. Ils sont cinq aujourd’hui à faire tourner ce lieu passionnant, ouvert depuis 9 mois.« Mangez électro, écoutez bio », tel est le crédo de la Petite Chaufferie. On vient dans cet espace ouvert et coloré, installé à quelques pas du tumulte de la rue du Faubourg Saint-Denis, pour boire un verre le soir ou le midi pour manger dans un décor simple, mais réussi. Tout est bio (et local même, quand cela est possible), des boissons jusqu’à la nourriture. La cuisine prend des airs végétariens, même si quelques viandes et poissons s’y invitent de temps en temps.Que les trop bons vivants ne prennent pas peur : ici, on déjeune de façon saine, mais pas ennuyeuse. Le soir, ce sont d’ailleurs de belles planches de charcuterie et de fromage qui viennent prendre le relais, pendant que s’installent aux platines les

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Dude

The Dude. Ou His Dudeness. Ou The Duder. Ou El Duderino. Comme il vous plaira, mais certainement pas Lebowski, ça colle la poisse... On l’avait un peu fantasmé, ce bar rue Saint-Maur, ce rade qui s’annonçait comme le repère du super-lazy, méga-cool Dude des frères Coen. Pour commencer, on s’attendait à un tapis étalé là, sur le sol, et puis on avait aussi imaginé (oui, on est très optimiste) une piste de bowling, des quilles et des boules. Alors forcément, en arrivant on est un peu déçu par la décoration simplette du lieu. Hormis quelques accessoires de bowling posés sur une étagère et quelques affiches à la gloire du Dude, rien de très percutant. Rien qui ne reflète vraiment la quintessence de l’homme au peignoir, aux cheveux gras et aux lunettes de soleil. Mais qu’importe. Ce bar n’a pas besoin de colifichets : il y règne une atmosphère si relax que vous avez immédiatement envie de vous crasher dans l’un des fauteuils disponibles pour vous gratter le ventre en bâillant, un verre de russe blanc à la main. Dans un premier temps, on se demande s'il est possible – temps difficiles obligent – de payer nos breuvages avec des chèques en bois. Heureusement, le début de l’happy hour retentit (18h-21h). Sauvés par le gong, on réalise soudain que d’une, les verres sont moins chers et que de deux, les verres ne sont vraiment pas chers. Des pintes à 2,50 €, des verres de pastis et de vin à 1,50 €, tous les cocktails à 4 €… On ne sait plus où donner de la tête, mais l'on sait désormais

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Grand Hôtel de Clermont - Chez Ammad

Le Grand Hôtel de Clermont est un rade « dans son jus » comme on n'en fait plus, fidèle à lui-même depuis au moins cinquante ans, également appelé "Chez Ammad". Et pour cause, une équipe familiale – Ammad et son fils – réservent un accueil très chaleureux à leurs clients : une faune locale très « folklo » constituée de petits vieux du quartier pleins de gouaille, des excentriques et quelques habitués qui connaissent cette perle. Sous son plafond bas, on découvre un zinc à l’ancienne avec des fresques et des tableaux sans âge au mur. On ne s’ennuie jamais ici, la conversation est toujours animée, les consos données et la musique brésilienne/funk/jazz invite souvent à danser après quelques verres. Les toilettes sont à l’ancienne, dans la cour, pas très propres donc, avec des dessins rigolos sur les murs.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Piment Café

Voici une adresse que l'on aimerait garder secrète. Ce micro-bar en plein Marais est devenu la deuxième maison des initiés qui le fréquentent. Ne pensez pas trouver des rhums arrangés au piment ou au tabasco, ici on vient pour commander des pichets de ti-punch de 50cl à 23 euros qui peuvent contenter un régiment, et pour profiter de sa généreuse happy hour. De 18h à 21h, la pinte de Melbrau est à 3,50 euros, la blanche à 4 euros et la Guinness à 4,50 euros. En plus, les serveuses sont sympas et souriantes. La suite

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Aux Deux Cygnes

Ce n’est ni vraiment une cave, ni vraiment un restaurant. L’espace est tout petit, décoré avec soin, aménagé avec douceur. Des bouquets de fleurs sur chaque table, un petit comptoir, des couleurs rassurantes. Mais le lieu n’en est pas moins surprenant pour autant. Aux manettes, on trouve To Xuan Cuny, une jeune femme franco-vietnamienne, toute petite et tout sourire. Et sa passion, attrapée à Copenhague en dernière année d’étude d’hôtellerie, ce sont les vins naturels. Rien n’y fait mention, ni sur la vitrine, ni sur la carte (législation et mauvais a priori obligent), mais tous les vins que vous trouverez ici sont exclusivement naturels. La patronne des lieux se fait un plaisir d’en parler directement aux gens qui viennent la voir, à ceux qui lui posent des questions. Les gens du quartier d’abord, et puis petit à petit de plus en plus de curieux, avertis par le bouche à oreille. Il faut dire que l’espace est aménagé pour que la discussion s’installe facilement. Il y a peu de places, une dizaine sur des tables et trois ou quatre au comptoir. Il s’agit de profiter du moment pour conseiller et faire découvrir. C’est également dans cette optique, celle de prendre le temps de se faire plaisir, qu’une petite ribambelle d’assiettes est proposée. Une dizaine de petits plats créatifs, d’origine vietnamienne pour certains (entre 4 et 12 euros). Ainsi, à côté des assiettes de chorizo ou de Saint-Nectaire fermier, on trouve des banh mis, des chips à la crevette, ou encore cette excel

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Chez Camille

Voilà un bar haut perché sur la face nord de Montmartre qui pourrait devenir votre nouveau QG si vous habitez vers Abbesses. Encore faut-il aller le trouver, à l’écart de la place de l’église, dans la montée qui mène à la place du Tertre au pied d’une petite place plantée de vieux arbres. On se croirait dans un village tant les voitures qui y passent sont rares et l’ambiance relaxante. L’ancienne tenancière Madame Camille a cédé la place à une équipe de jeunes sympas toujours de bonne humeur. Une micro-terrasse sur un ponton de bois s’étale sur les pavés en été, où on profite du soleil qui chauffe très longtemps sur ce spot en altitude. La suite

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Paloma

Cette façade sans prétention passe inaperçu au milieu de la surenchère de bars des rues Jean-Pierre Timbaud et Oberkampf, sauf aux yeux des habitués qui le fréquentent assidument. En entrant, on découvre un espace cosy, très étriqué, avec une petite salle aménagée de canapés dépareillés shabby chic au fond, de quelques tables hautes dans l'entrée et d’un joli comptoir. On aime : le style faussement décrépi et l'ambiance chaleureuse du lieu, les lumières tamisées, les murs patinés, le papier peint à l'ancienne et les vieux cadres. Trésor inespéré, la tireuse propose de la Jenlain ambrée, de la Carlsberg et la H-Beer, une recette artisanale. La suite

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Zelda

Ce micro-bar caché entre Belleville et le canal Saint-Martin n'est pas beaucoup plus large qu'un couloir. C'est justement l'un de ses atouts – pour vivre heureux, vivons cachés – car dans cet antre intimiste, on ne se bouscule pas au comptoir (sauf le week-end) et l'ambiance reste zen grâce à de jolies lumières tamisées et un fond musical bien choisi et varié. Bref, on s'y sent comme dans son deuxième salon, sauf qu’ici les cocktails sont meilleurs que ceux de bibi. Matthias le serveur est un passionné d'alcools rares, et ose des combinaisons détonantes, à prix raisonnables (entre 7 et 8 euros le cocktail). La suite

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Little

Le Little est un nouveau bar situé à deux pas de la place de République, carrefour parisien stratégique qui manquait justement d'un lieu convivial boboïsant pour se retrouver entre amis à l'heure de l'apéro. Sans surprise, ce bar à la parisienne est à peine plus grand qu'une cabine téléphonique, mais sous ses hauts plafonds sculptés on apprécie ses volumes, et sa déco chiadée – mais pas trop – très chaleureuse grâce à l'omniprésence du bois et à des murs patinés qui lui donnent le charme de l'ancien. Quelques tables et chaises d'écoliers vintage, un mur en brique... La suite

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Vieux Comptoir du Cap Horn

Ce petit bar chilien en plein Marais tranche avec les devantures guindées et le décor baroque du quartier. Caché dans une petite rue adjacente à la place des Vosges, on le repère grâce à son grand drapeau chilien et ses quelques tables en terrasse, très agréables en été. On le distingue aussi par son équipe de serveurs latinos, jeunes, décontractés et souriants et ses prix raisonnables pour le quartier (8 euros le cocktail, 5 euros pendant la longue happy hour de 16h à 20h). On retrouve la chaleur de l'Amérique du Sud dans la convivialité des conversations des Chiliens expatriés à Paris... La suite

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus

Commentaires

0 comments