Tsugi Superclub : Agoria + guests

Notre sélection
Agoria

Pour cette soirée Tsugi Superclub, Agoria sera derrière les platines, accompagné de Barnt, Konstantin Sibold et Eggo.

Agoria, alias Sébastien Devaud, est le fer de lance de l’électro minimale à la française. Auteur de trois albums solo et de la BO du film ‘Go Fast’ de Luc Besson, Agoria a signé son dernier opus ‘Impermanence’ sur son propre label, Infiné, qu’il a créé en 2006. Un label à l’image de sa musique intelligente, sensible, à la croisée de l’IDM, la techno façon Détroit (courant qui l'a fortement influencé), la house, la pop, la world et même la musique classique. Une passion qui lui vient sûrement de sa mère, chanteuse lyrique, et de son goût poussé pour les sons acoustiques. Comme les précédents, cet album est enrichi de featurings de chanteurs venus d’univers musicaux parfois éloignés du sien. Si précédemment il a fait chanter Neneh Cherry, Princess Superstar ou Peter Murphy (du groupe de rock Bauhaus), il convie cette fois Kid A, une autre chanteuse américaine, à poser sa voix sur sa techno minimaliste nourrie d’arrangements acoustiques, une nouveauté qui rend sa musique plus intimiste et plus aboutie. D’autres Américains participent à cet album, et pas n’importe lesquels : Seth Troxler et Carl Craig, qui pour l'occasion ne s’investissent pas dans la production, mais chantent pour la première fois ! Un miracle que vous pouvez entendre sur les morceaux "Speechless" (Carl Craig) et "Souless Dreamer" (Seth Troxler).

Barnt. Moins connu qu’Agoria en France, qui mixe ses productions pendant ses DJ sets, Barnt est un discret technicien signé chez Correspondant et Kompakt, deux labels de qualité qui témoignent de son talent de ciseleur électronique. L’Allemand venu de Cologne, où est né Kompakt, compose une minimale mélodique et fantasque. Il fait aussi partie de la bande de Comeme menée par Mathias Aguayo (qui joue la veille au Trabendo), sur lequel il a sorti son puissant track "Geffen".

LiveReviews|0
1 person listening