Rencontres chorégraphiques

En Seine-Saint-Denis du 4 mai au 2 juin

0

Commentaires

Ajouter +
  • Augures - Huynh

    © Marc Domage

    Augures - Huynh
  • Danza Permanente

    © Thomas Dunn

    Danza Permanente
  • Lisbeth Gruwez

    © Luc Depreitere

    Lisbeth Gruwez
  • Male Version - Waysbort

    © Pepijn Lutgerink

    Male Version - Waysbort
  • Si dans cette chambre...

    © Dorothée Thébert

    SI DANS CETTTE CHAMBRE UN AMI ATTEND... -une pièce chorégraphique de et avec Perrine Valli. ADC, Genève, le 9 mars 2012. © Dorothée Thébert Filliger

    Si dans cette chambre...
  • Si dans cette chambre...

    © Dorothée Thébert

    SI DANS CETTTE CHAMBRE UN AMI ATTEND... -une pièce chorégraphique de et avec Perrine Valli. ADC, Genève, le 9 mars 2012. © Dorothée Thébert Filliger

    Si dans cette chambre...
  • Temporary - Iris Erez

    © Bart Grientens

    Temporary - Iris Erez
  • La variété française est...

    © Julien Demengel

    La variété française est...
  • Tiger Tiger Burning Bright

    © Laurent Thurin Nal

    Tiger Tiger Burning Bright

Augures - Huynh

© Marc Domage

• Un peu d’histoire

Quel point commun y a-t-il entre Régine Chopinot, Mark Tompkins et Philippe Decouflé ? Ils ont tous (et parmi beaucoup d'autres) fait partie de « la génération Bagnolet », et essuyé les plâtres en tentant leur chance au « Ballet pour demain ». Un tremplin imaginé en 1969 par Jaque Chaurand, lui-même ancien danseur, afin de promouvoir la « nouvelle danse ». De celle qui s'affranchit des tutus et revendique un autre langage corporel. Alors que le milieu reste peu réceptif voire très critique au modernisme, Chaurand sort le genre de la clandestinité. En quelques années, le concours de Bagnolet devient une véritable niche de talents et participe à la naissance de la nouvelle vague parmi lesquels Maguy Marin, Karine Saporta ou encore Angelin Preljocaj.


Changeant de nom une première fois en 1988 pour devenir le CIBOC (Centre international de Bagnolet pour les œuvres chorégraphiques), il n'adoptera qu'en 1995 son patronyme actuel : les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis. Danseurs et chorégraphes de tous horizons se donnent ainsi rendez-vous tous les deux ans à la Maison de la culture de Bobigny pour présenter leurs créations aux professionnels et amateurs avertis et s'inspirer de celles des autres. Fort de son succès et de son exceptionnelle réputation, les Rencontres deviendront enfin annuelles en 2003, sous l'égide de leur nouvelle directrice Anita Mathieu.


• 2012

Malgré une scandaleuse diminution des subventions*, l'édition 2012 continue de proposer un panel toujours plus large des pratiques chorégraphiques actuelles. Témoin de son temps, tremplin pour jeunes artistes mais aussi démonstration de la pluralité du genre, le festival ne se contente pas de ses frontières, les Etats-Unis (DD Dorvillier), l'Autriche (An Kaler) ou encore le Portugal (Tânia Carvalho) seront représentés tout au long du mois de mai.


Au total 22 spectacles (dont 9 créations) et une conférence seront accueillis dans une dizaine de lieux. Les 20 compagnies invitées sillonneront la Seine-Saint-Denis de Pantin à Bobigny, du Blanc-Mesnil jusque du côté de Bagnolet pour sensibiliser les Dionysiens et les curieux à un événement nécessaire dans un paysage culturel francilien de plus en plus menacé. Négligez votre paresse, bravez les averses et foncez au théâtre.


* Selon l'Express.fr près de 20 000 euros en moins cette année.




L’avis des utilisateurs

0 comments