Nile Rodgers, 'C'est Chic !'

Autobiographie funky

0

Commentaires

Ajouter +


Alors qu'il continue, à soixante piges bien tassées, de frétiller des dreadlocks sur le dernier Daft Punk, le producteur et guitariste Nile Rodgers revient sur son imposante carrière, à travers cette autobiographie préfacée par Bryan Ferry et sobrement intitulé 'C'est Chic'. Une belle croisière sur le Nile, en somme. 

Première remarque : Rodgers affirme avoir lui-même rédigé son texte. Et contrairement à Alain Minc, on a assez envie de le croire. Enlevé, cocasse, d'une authentique coolitude, le ton de 'C'est Chic' mérite à lui seul qu'on s'y attarde. Elevé à New York en pleine explosion beat par des parents bohèmes, noirs et champions du monde de la toxicomanie, zonant dès l'adolescence entre studios d'enregistrement et jam sessions de haut vol avant de virer star du disco avec son groupe Chic, Nile Rodgers aura traversé les décennies mythiques de la pop music avec l'assurance d'un dealer de coke. 

Du studio 54 à New York, haut lieu de débauches en pattes d'éph, jusqu'aux plus improbables chambres d'hôtel, c'est avec un savoureux mélange de décontraction et de bonhommie musicale que Nile Rodgers retrace son itinéraire d'Huggie-les-bons-tuyaux de la six-cordes, produisant notamment des tubes en séries pour Sisters Sledge ("We Are Family"), Diana Ross ("Upside Down", "I'm Coming Out"), David Bowie ("Let's Dance"), Madonna ("Like A Virgin") ou... Sheila ("Spacer"). Car non, Nile Rodgers ne connaît pas de limite ; y compris en termes de goûts, « bons » ou « mauvais ». Ce qui le rend éminemment sympathique. 

Du groove suintant plein les doigts, le gratteux confesse pourtant une faiblesse (hormis Sheila) : il n'aura jamais su être un artiste maudit... Frottant son médiator à une musique plus abstraite, il se plante invariablement. Et le reconnaît, ce qui le rend parfois étonnamment drôle. En revanche, il lui suffit d'un claquement de doigts pour amener n'importe quel dancefloor à des frontières pré-coïtales. Sans aller jusque-là, son bouquin - plaisir solitaire - fait tout de même bien taper du pied. Et sera sans doute l'idéal, à lire bientôt sur une plage. Ou en fumant un truc en claquant des doigts le long du canal.

>>> Nile Rodgers, 'C'est Chic', éditions Rue Fromentin, 20 €

L’avis des utilisateurs

0 comments