Apache

Notre sélection
© Laurent Philippe

C’est autour de l’univers musical d’Alain Bashung qu’Hamid Ben Mahi a construit ‘Apache’, une pièce chorégraphique d’une heure où "Madame rêve" rythme les pas telluriques de cinq danseurs. Un « concert corporel », selon ses propres mots.

Installé devant la façade en tôle ondulée d’une station essence, les acrobates vont pendant une heure se porter les uns les autres, se pousser, se repousser… Au gré des riffs de guitare et des crissements d’archet, une multitude de scénettes vont ainsi se détacher de ce tableau couleur sienne. Comme pour raconter les errances d’une communauté traversée par des moments parfois paradoxaux, la vie en collectivité et l’extrême solitude, la tension et la douceur. Des scènes de colère où les muscles bandés se font face pour se bousculer, des passages d’amour au corps à corps tendre et sensuel.

Le langage chorégraphique d’Hamid, au carrefour entre rock et hip-hop, contemporain et popping, ne manque ni d’intensité ni de dynamisme. Une énergie collective magnifiée par une chevauchée folle sur "Osez Joséphine", moment de danse comme on les aime, impétueux et solaire. 

Si la matière humaine fascine, le rapport entre les deux musiciens (Yan Péchin et Bobby Jocky, bardés d’instruments) et les cinq danseurs est encore ce qui étonne le plus. Deux entités qui se répondent sans entrer réellement en contact, qui s’influencent… La musique lancinante, quasi hypnotique, de Bashung crée délicatement des entrelacs subtils entre les corps des danseurs et les nappes sonores. Le résultat est un spectacle animal, massif, parfois énigmatique mais qui nous emmène ailleurs, bien loin.

Site Web de l'événement http://www.suresnescitesdanse2014.com/
LiveReviews|0
1 person listening