Chorus Festival : Bachar Mar-Khalife + Ibrahim Maalouf + Magic Malik + FFF + Ibibio Sound Machine + High Tone

© DR

Pour sa premier soirée, le festival Chorus a décidé de mettre la fusion des genres à l'honneur. Son premier grand invité n'est autre qu'Ibrahim Maalouf, trompettiste franco-libanais qui tisse un jazz oriental métissé de rock et de hip-hop. Issu d'une famille de musiciens, il s'affranchit de sa formation classique baroque au conservatoire pour multiplier les expériences en big-band de jazz. Il monte un groupe singulier de jazz oriental baptisé Farah, puis se passionne pour des expérimentations de fusion des genres musicaux. C’est en jouant avec la chanteuse franco-péruvienne aujourd’hui décédée Lhasa de Sela, qu’Ibrahim découvre la fusion électro-jazz. Il est sollicité par de nombreux artistes comme Salif Keita, Amadou et Mariam, Mathieu Chédid (-M-), Bumcello, Arthur H, Sting, Piers Faccini pour jouer les sidemen et créer des compositions hybrides qui l’inspireront pour composer sa trilogie d'albums en « dia » (‘Diaspora’ en 2007, ‘Diachronism’ et en 2009, et ‘Diagnostic’ en 2011), et avec ‘Wind’ (2012). Il a par la suite sorti un album basé sur un concept totalement différent en quintet, avec des pointures new-yorkaises : le saxophoniste Mark Turner, le contrebassiste Ira Coleman, le batteur Clarence Penn et le pianiste Franck Woeste qui s’est occupé des arrangements de l’album.

Pour l'accompagner, Magic Malik, flûtiste de jazz contemporain féru d'expérimentations musicales. Sa musique brise les frontières entre les genres, associant jazz avec électro, pop, world, funk et sons afro-caribéens. Avide d'expériences, il a notamment joué avec Julien Lourau (avec qui il a formé Groove Gang), Troublemakers, ou le roi du free jazz Steve Coleman, mais aussi avec des artistes issus d'autres sphères musicales comme Bumcello, Camille, -M-, Air ou Oumou Sangaré. L'originalité de Magic Malik, outre une technique peu commune, est son jeu exubérant et l'utilisation de nombreux cris et chantonnements dans sa flûte, appelés growls. Véritable shaman de la flûte, Magic Malik a passé un an de résidence à la Villa Médicis de Rome, où il a composé 'Alternate Steps' (sorti en 2012), le prédécesseur à son dernier 'Tranz Denied'.

Bachar Mar-Khalifé viendra également faire valser cette première soirée avec son électro expérimentale que vous pouvez découvrir sur les très beaux albums 'Oil Slick' et 'Who's gonna get the ball from behind the wall of garden today?', sortis respectivement en 2010 et 2013. Ce Franco-Libanais percussionniste et pianiste, fils de musicien et enfant du jazz contemporain ne pouvait que donner un album très personnel, imprévisible et un brin oriental. Le plateau sera complété par les Ibibio Sound Machine, nouvelle signature du label Soundway Records, ainsi que les vétérans d'High Tone et de FFF. Dub, jazz, hip-hop, personne n'est oublié.

LiveReviews|0
2 people listening