Ibrahim Maalouf

L'excellent Ibrahim Maalouf donne un concert à l'Olympia qu'il serait dommage de manquer. 

Ibrahim Maalouf joue un jazz oriental métissé de rock et de hip-hop. Issu d'une famille de musiciens, formé il s'affranchit de sa formation lassique baroque au conservatoire pour multiplier les expériences en big-band de jazz. Il monte un groupe singulier de jazz oriental baptisé Farah, puis se passionne pour des expérimentations de fusion des genres musicaux. C’est en jouant avec la chanteuse franco-péruvienne aujourd’hui décédée Lhasa de Sela, qu’Ibrahim découvre la fusion électro-jazz. Il est sollicité par de nombreux artistes comme Salif Keita, Amadou et Mariam, Mathieu Chédid (-M-), Bumcello, Arthur H, Sting, Piers Faccini pour jouer les sidemen et créer des compositions hybrides qui l’inspireront pour composer sa trilogie d'albums en « dia » (‘Diaspora’ en 2007, ‘Diachronism’ et en 2009, et ‘Diagnostic’ en 2011), et avec ‘Wind’ (2012). Il a par la suite sorti un album basé sur un concept totalement différent en quintet, avec des pointures new-yorkaises : le saxophoniste Mark Turner, le contrebassiste Ira Coleman, le batteur Clarence Penn et le pianiste Franck Woeste qui s’est occupé des arrangements de l’album.

Pour les curieux ou amateurs du trompettiste, vous pouvez poursuivre en lisant notre rencontre avec le trompettiste à l’occasion du Festival International du Jazz au Cinéma 2013.

LiveReviews|0
2 people listening