Recevez Time Out dans votre boite mail

Histoire de ma mort

  • Cinéma
  • 4 sur 5 étoiles
Histoire de ma mort - Albert Serra
Publicité

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Après deux premiers longs métrages abrupts et étincelants sur les thèmes du Quichotte (‘Honor de cavalliera’, 2006) et des rois mages (‘Le Chant de oiseaux’, 2008), Albert Serra investit cette fois-ci la figure de Casanova, à travers ses dernières années, qu’il traite avec un onirisme provocant, en athéiste joueur et vieillissant, libertin jusqu’à la scatologie, bientôt projeté dans les Carpates pour faire face… au comte Dracula ! Carrément. Bref, on est loin du biopic de base.

Le thème qui sous-tend le film – pour autant qu’on l’ait compris – paraît ainsi le passage d’un XVIIIe siècle éclairé (incarné par Casanova) à un XIXe violent et obscurantiste (Dracula), et à l’observation des effets de cette mutation civilisationnelle sur le désir et la sensualité : passant d’un libertinage généreux et cultivé, cultivant par jeu l’excès des sens, à une sexualité froide, possessive et dominatrice. Ou, autrement dit, du passé de l’Europe, flamboyant, à un certain vampirisme contemporain.

Déjà, dans sa remarquable installation vidéo ‘Les Trois Petits Cochons’, pour laquelle nous avions rencontré Albert Serra au Centre Pompidou en mai 2013, le cinéaste creusait les rapports ésotériques entre différents moments de l’histoire européenne (en l’occurrence de l’Allemagne, à travers Goethe, Hitler et Fassbinder). Par bien des côtés, ‘Histoire de ma mort’ poursuit cette réflexion sur l’Histoire.

Mais aussi, et surtout, il y a les images de Serra, son jeu sur les textures, maîtrisées, travaillées, mais refusant toute joliesse – préférant une certaine saleté, avec un parti-pris contre-esthétique. Surtout, sa narration âpre n’hésite pas à jouer avec la patience du spectateur, ou à rompre le ton de son récit, passant du métaphysique au grotesque – avec, par exemple, cette scène assez folle où Casanova (incarné par un réjouissant Vicenç Altaió) exulte de joie en déféquant dans un pot. Une certaine idée du gai savoir. Et un film austère, souvent fascinant, entre ennui lascif et beauté provoquante.

Écrit par Alexandre Prouvèze

Détails de la sortie

  • Durée:148 mins

Crédits

  • Réalisateur:Albert Serra
  • Scénariste:Albert Serra
  • Acteurs:
    • Vicenç Altaió
    • Eliseu Huertas
    • Lluis Serrat
Publicité
Vous aimerez aussi