Kingsman : services secrets

Cinéma, Action & aventure
4 sur 5 étoiles
Kingsman : services secrets

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Un film qui commence par un bon riff de guitare ultra-kitsch ne peut pas être mauvais. Quand "Money For Nothing" de Dire Straits, un tube ringard mais un tube quand même, ouvre la première séquence de ‘Kingsman’, le spectateur n’a pas le temps de réfléchir. Il est immergé tout de suite dans le tourbillon du film et il ne le quittera plus durant deux heures. C’est la touche du réalisateur Matthew Vaughn, cette façon de transformer le spectateur en gamin de 10 ans ne quittant plus des yeux l’écran, la bouche ouverte. Du pur divertissement, fabriqué avec un savoir-faire d’artisan et une intelligence singulière. S’il joue habilement avec les clichés du film d’espion, de James Bond à la série '24', Vaughn sait ménager son intrigue, entre vraies surprises scénaristiques et scènes attendues. Le réalisateur a compris la puissance du cliché au cinéma : le spectateur attend de voir le génial Colin Firth administrer une correction à une bande de loubards anglais, il attend de voir le jeune héros (très bon Taron Egerton) surmonter les épreuves une par une, mais il attend aussi de le voir descendre aux enfers avant l’apothéose.

Il y a une forme savoureuse de plaisir dans la façon qu’a Matthew Vaughn de répondre à cette attente et surtout de la provoquer en amont, jusqu’à la rendre éclatante. Quand Eggsy, le jeune apprenti espion, est amené à la fin du film à choisir une arme pour se battre, le plan montre un parapluie au milieu de pistolets automatiques et de fusils mitrailleurs. Toute l’histoire précédant ce plan annihile en réalité toute possibilité d'hésitation. Le spectateur, le héros, l’histoire, le monde entier appelle un seul choix, celui du parapluie. Voici résumé en un plan toute la maestria de ‘Kingsman’ dans l’art de mener son public. Il faut dire que la matière des films de Vaughn se prête bien à ce type de cinéma. Spécialisé dans l’adaptation de comics, le mari de Claudia Schiffer avait déjà détourné les codes des super-héros dans le formidable ‘Kick-Ass’. Avec ‘Kingsman’, toujours adapté d’un comic book, il transforme le film d’espionnage en simple prétexte, s’attardant davantage sur le langage propre au cinéma.

On n’avait pas vu de séquences d’action aussi jouissives depuis très longtemps, sans doute depuis ‘Le Bon, La Brute et Le Cinglé’ de Kim Jee-Woon, ou certains films de Hong Kong. Pas si nombreuses, ces scènes de baston épiques sont chorégraphiées à merveille et se lisent facilement, là où beaucoup de réalisateurs camouflent leurs lacunes en brouillant l’action. Une fois terminées, elles laissent le spectateur lessivé, comme s’il avait participé au combat, d’où leur utilisation parcimonieuse. L’autre grande force du film, c’est son humour, porté par d’immenses comédiens. Il ne faut surtout pas rater Samuel L. Jackson en méchant milliardaire, ado attardé ayant fait fortune dans les nouvelles technologies et qui souhaite conquérir le monde… avec un cheveu sur la langue. Son acolyte aux jambes de métal (coucou Oscar Pistorius) est incarnée avec grâce par la danseuse franco-algérienne Sofia Boutella, pendant que l’inénarrable Michael Caine et surtout le magnifique Colin Firth jouent aux espions typiquement britanniques, dont les mœurs aristocratiques se révèlent au moins aussi flamboyantes que leur talent au combat. Comme le dit Colin Firth, « manners maketh man » (on reconnaît un homme à ses manières), une vraie devise pour le film.

‘Kingsman’, c’est l’Angleterre qu’on aime, celle qui résout ses conflits sociaux entre gentlemen et prolos grâce aux bonnes manières, celle qui cache une armurerie dans une boutique de tailleurs tirés à quatre épingles, celle qui reconnaît un bon whisky de quarante ans d’âge en une gorgée. C’est aussi celle de la « trilogie Cornetto » d’Edgar Wright, dont la parenté avec Matthew Vaughn est ici évidente. Un bon moment scotché à son fauteuil et l’envie de parler avec l’accent britannique.

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Date de sortie
jeudi 29 janvier 2015
Durée
129 mins

Crédits

Réalisateur
Matthew Vaughn
Scénariste
Matthew Vaughn, Jane Goldman
Acteurs
Samuel L. Jackson
Colin Firth
Michael Caine
Mark Strong
Taron Egerton
Vous aimerez aussi