Les Yeux sans visage

Cinéma, Drame
Recommandé
5 sur 5 étoiles
Les Yeux sans visage

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

C’est seulement le deuxième long métrage de Georges Franju. Pourtant, Les Yeux sans visage, sorti en 1959, est incontestablement un chef-d’œuvre du cinéma fantastique français. Adaptation du roman de Jean Redon sorti un an plus tôt, ce film tout en ombres et en silences mêle de manière virtuose effroi et poésie, épouvante et fascination. On y retrouve l’esthétique glaciale de celui qui avait jusqu’alors tourné des documentaires au réalisme impitoyable, décrivant tour à tour le monde des abattoirs ou le triste destin des « gueules cassées ».

Pierre Brasseur y incarne un chirurgien terrifiant, monstre froid rongé par la culpabilité et capable des pires horreurs pour redonner un visage à sa fille. Elle, c’est Edith Scob, silhouette frêle au visage mutilé après un grave accident de voiture, mais dont les grands yeux clairs, à travers son masque de porcelaine sans traits, crient silencieusement toute sa misère.

Avec ce film monumental et frankensteinien, Georges Franju a parfois été désigné comme un précurseur du cinéma gore, qui apparaîtra en effet quelques années plus tard. Toutefois, il n’y a ici qu’une seule scène où l’horreur est véritablement présente : celle où le docteur, implacable, retire le visage d’une de ses victimes, au cours d’une opération chirurgicale particulièrement dérangeante. Il est vrai que, depuis, beaucoup ont tenté de l’imiter – le dernier en date étant Pedro Almodovar avec La Piel que habito – mais peu sont parvenus à l’égaler. Pour preuve de son influence intemporelle, on raconte même que le film de Franju aurait inspiré le tube Eyes Without a Face du rockeur peroxydé Billy Idol. On pourrait aussi dire qu'il était scientifiquement visionnaire.

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Noté
15
Date de sortie
lundi 19 octobre 1959
Durée
88 mins

Crédits