Quand vient la nuit

Cinéma, Drame
2 sur 5 étoiles
Quand vient la nuit

Time Out dit

2 sur 5 étoiles

Le film noir a beau être l'un des genres cinématographiques les plus intéressants qui soit, il est également devenu dominant au point d'accoucher, chaque semaine, d'une botte de navets insipides, aussi vite vus, aussi vite oubliés. Souvent, ça ne vaut même pas le coup d'en parler. Mais des fois, ça fait un peu plus de peine que d'autres.

C'est le cas pour ce 'Quand vient la nuit', qui aurait pu bien tourner. Auteur méritant qui a écrit quelques romans intéressants (mais un peu surestimés car trop classiques à notre humble avis), Dennis Lehane signe là son premier scénario original, après avoir été plusieurs fois adapté sur grand écran ('Mystic River', 'Gone Baby Gone', 'Shutter Island'). A la réalisation, le Belge Michael Roskam, qui avait dirigé le ténébreux 'Bullhead' en 2012, semblait donner quelques garanties. Quant au casting, réunissant le solide Tim Hardy, le « soprano » James Gandolfini dans son dernier rôle, la Suédoise Noomi Rapace et l'acteur fétiche du réalisateur, Matthias Schoenaerts, il pouvait largement tenir la route.

Peine perdue : la vacuité du titre français ('The Drop' en V.O.) semble nous narguer, comme pour dire que oui, on confondra ce film avec tous les autres polars dispensables possédant le mot « nuit » dans leur titre. L'intrigue est d'une pauvreté déconcertante, Lehane ne s'est pas foulé et nous ressort une histoire de braquage-de-bar-qui-tourne-mal-parce-qu'en-fait-l'argent-appartient-à-des-gros-méchants-à-l'accent-russe (des Tchéchènes, précisément), sans parler de ce retournement final qui était censé nous faire sursauter, et que l'on voit venir à dix kilomètres. Ne reste que quelques touches d'humour ici ou là, qui nous font sourire parce qu'elles nous tirent de la monotonie ambiante.

Les acteurs, eux, font plutôt le boulot - même s'il ne faudrait pas que Matthias Schoenaerts s'enferme trop dans des rôles de brute épaisse aux yeux bleus qui lâche trois mots par heure. Mais les personnages sont si fades et leurs relations si peu creusées que l'on s'ennuie ferme, d'autant que la réalisation, trop appliquée, ajoute encore à la banalité de l'ensemble. Bref, un film qui ne sert à rien, d'un cinéaste étranger talentueux, un de plus, qui se fourvoie en traversant l'Atlantique. Michael Roskam ferait peut-être bien de vite retourner en Belgique, sous peine de finir comme ces réalisateurs hongkongais des années 1990, disparus sous des couches de films d'action américains médiocres.

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Noté
15
Date de sortie
vendredi 14 novembre 2014
Durée
106 mins

Crédits

Réalisateur
Michaël R. Roskam
Scénariste
Dennis Lehane
Acteurs
Tom Hardy
Noomi Rapace
James Gandolfini
Vous aimerez aussi