Spotlight

Cinéma, Drame
Recommandé
5 sur 5 étoiles
Spotlight

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

Ou comment un film, traitant d’un sujet grave et sensible, peut raviver l’espoir d’un monde meilleur.

Savez-vous comment reconnaître un héros du quotidien ? Eh bien, on ne le peut pas. Il n’a aucun signe distinctif, ce n’est qu’un visage commun dans la masse des vivants. Car, comme le Mal peut se draper dans les habits d’un prêtre (ce représentant de l’Eglise censé être garant du Bien), le courage peut s’incarner en n’importe qui et éclore n’importe où. Dans un petit réduit au sous-sol d’un journal bostonien par exemple. Et si vous n’êtes toujours pas convaincu que quatre personnes sans rien d'exceptionnel, quatre journalistes d’investigation aussi humains que vous et moi, peuvent changer un peu la face du monde, on ne saurait que trop vous conseiller d’aller voir ‘Spotlight’. Ou plutôt de vous en imprégner.

Réalisé par Tom McCarthy, ce film retrace les recherches menées par une cellule d’enquête du Boston Globe, gazette locale sans trop d’envergure ni de prétention, pour démanteler à Boston un système clérical couvrant une centaine d’ecclésiastiques pédophiles. Une histoire vraie au cœur des Etats-Unis pré et post-attentats qui retourne le spectateur, d’autant plus que son sujet, dur voire insoutenable, est traité avec une grande subtilité. A l’image de l’écran final, épilogue sur fond noir, égrainant dans un silence étourdissant les noms des paroisses internationales touchées par ce scandale. De même, les viols d’enfants ne sont jamais abordés à grand renfort de flashbacks ou noyés dans les larmes, choses auxquelles d’autres réalisateurs un peu épais céderaient avec facilité. Heureusement pour nous, Tom McCarthy n’en fait pas partie. Lui sait qu’au cinéma les images ne sont pas toujours les plus parlantes et que, parfois, des mots simples, justes et percutants suffisent.  

Mais la portée des dialogues, lourds de sens sans toutefois être plombants, dépend aussi de ceux dans la bouche desquels ils sont mis. En déroulant un casting brillant, fait d’étoiles du cinéma éblouissantes mais non aveuglantes, ‘Spotlight’ a fait un choix bien avisé. Chaque acteur joue avec une sincérité désarmante, tous autant qu'ils sont (et pas seulement Michael Keaton, Rachel McAdams et Mark Ruffalo qui nous ont déjà prouvé, par le passé, qu'ils étaient excellents). Néanmoins, le terme « jouer » est ici incorrect : en vérité, ils vivent leur rôle, oubliant leur identité respective pour se fondre totalement dans la peau de leur personnage. Une prouesse permise grâce à la complicité qui s’est liée, au fil du tournage, entre les véritables journalistes de ‘Spotlight’ et leurs doubles cinématographiques. C’est d’ailleurs cette complète personnification qui donne au film sa dimension si réaliste, si authentique (fait rare à l’heure des effets spéciaux et d’une 3D hautement artificielle). Le tout soutenu par une bande originale signée Howard Shore et qui, de la même façon, sait ajouter de la gravité aux propos de ‘Spotlight’ sans tomber dans l'excès. 

Ainsi, beaucoup le comparent déjà aux classiques du genre tels que ‘Les Hommes du président’ ou ‘Le Journal’. Mais, bien qu’il s’inscrive dans la lignée des films qui rendent hommage au métier de journaliste, ce serait une triste erreur que de le cantonner à cette seule définition. Et pour cause : ‘Spotlight’ est à l’image de ceux dont il s’inspire (Walter Robinson, Mike Rezendes, Sacha Pfeiffer et Matt Carroll), c’est-à-dire discret mais indispensable. En somme, le long métrage mérite qu’on braque sur lui les projecteurs. A fortiori parce qu’il transpire l’humilité et l’humanité. 

Par Clotilde Gaillard

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Date de sortie
vendredi 29 janvier 2016
Durée
128 mins

Crédits

Réalisateur
Tom McCarthy
Scénariste
Josh Singer, Tom McCarthy
Acteurs
Rachel McAdams
Liev Schreiber
Mark Ruffalo
Michael Keaton
Stanley Tucci
Vous aimerez aussi