Monde icon-chevron-right Montréal icon-chevron-right Les champions de la cuisine de rue montréalaise, Grumman ‘78
Grumman '78, Time Out Market Montréal
Photograph: Jaclyn Rivas

Les champions de la cuisine de rue montréalaise, Grumman ‘78

Advertising

À travers l’Amérique du Nord, il y a une renaissance de la cuisine de rue. Les baraques à frites, kiosques à hotdogs et camions gourmands sont de plus en plus convoités par un public qui adore manger à l’extérieur. Alors qu’il y a beaucoup d’intérêt pour la cuisine de rue à Montréal, ce format de restauration a eu une trajectoire compliquée. En 1947, les camions de cuisine de rue ont été bannis sous prétexte de salubrité (le puissant lobby de l’industrie de la restauration conventionnelle était aussi très content d’éliminer une source de concurrence). Depuis presque 10 ans, les camions de rues sont réapparus aux festivals, braderies et évènements privés. En 2013, la ville a lancé un projet-pilote permettant à un nombre restreint de camions de vendre sur la voie publique — avec certaines conditions. Les exploitants potentiels devaient soumettre un plan d’affaires aux autorités, leurs menus devaient être approuvés par un panel et il était obligatoire de disposer d’une cuisine à une adresse fixe.

Prévisiblement, les résultats laissaient beaucoup à désirer. Les entrepreneurs arrivent difficilement à se rentabiliser, compte tenu le cout des permis, les restrictions sur l’emplacement des camions et — surtout — l’obligation de louer une cuisine. Ces restrictions coutent cher aux restaurants, mais aussi aux clients ; beaucoup de Montréalais trouvent les repas trop dispendieux. Déjà en 2015, le nombre de camions participants a baissé de 41 à 21.

De tous les camions dans les rues de Montréal, Grumman ’78 a laissé la plus grande impression. Leur camion vert s’est mis à rouler — là où la loi permettait — à travers la ville en 2010, en servant leurs tacos fusion. Ils ont depuis ouvert un comptoir permanent à leur cuisine de production de Saint-Henri. Une des copropriétaires du Grumman, Gaelle Cerf, est une des fondatrices et la vice-présidente de l’Association des restaurateurs de rue du Québec, qui milite auprès de la ville pour qu’elle permette davantage de camions sur la place publique. Pour l’instant le street food Montréalais est restreint, pour la plupart, aux festivals et grands évènements. En attendant un encadrement règlementaire plus souple, vous pouvez manger au Grumman ’78 du Time Out Market Montréal, où l’on sert des tacos novateurs au poisson-popcorn et aux saveurs de bánh mì, leurs fameuses frites de patates douces appelées Papas ’78, des tostadas du jour et une salade de tomates avec sauce ranch et crumble de pain au maïs.

Time Out Market Montréal est situé au Centre Eaton de Montréal (705 rue Sainte-Catherine Ouest, niveau 1). Heures d’ouverture : lundi au mercredi, 8 h à 21 h ; jeudi et vendredi, 8 h à minuit ; samedi, 9 h à minuit ; dimanche, 9 h à 21 h.

Share the story
À la une
    Advertising