Monde icon-chevron-right Montréal icon-chevron-right Essayez dès maintenant les meilleurs bars à vin de Montréal

Attention ! Nous travaillons de notre mieux pour être le plus précis et à jour dans nos articles. Avec ces temps très inhabituels, assurez-vous de contre-vérifier si l’emplacement offre toujours le même service avant de vous rendre sur place.

Pullman
Photograph: Courtesy Pullman

Essayez dès maintenant les meilleurs bars à vin de Montréal

Que vous préfériez le vin rouge, blanc, orange, rosé ou mousseux, les meilleurs bars à vin à Montréal auront tout ce qu’il faut pour vous satisfaire

Par Nina Caplan et Time Out contributors
Advertising

Montréal est une des meilleures villes où picoler et sa vie nocturne sont parmi les meilleurs endroits pour boire du vin que vous voulez vous asseoir au comptoir pour boire des vins naturels funky ou vous asseoir sur une banquette en cuir pour savourer un millésime classique. Le monopole du gouvernement sur les  boissons alcoolisées peut parfois freiner la créativité des sommeliers, mais le système d’importations privées permet de contourner certains de ces obstacles. Comme rien n’est simple dans cette ville de fous, certains des établissements de cette liste possèdent des permis de restaurant — ils sont même parmi les meilleurs restaurant en ville — tandis que d'autres sont des bars où vous pourrez boire sans devoir grignoter.

RECOMMANDÉ : Le guide complet des meilleurs bars à Montréal

Les meilleurs bars à vin de Montréal

Pullman
Photograph: Amielle Clouâtre

1. Pullman

Peu importe ce que vous buvez, sortez votre nez de votre verre et prenez le temps d’admirer le magnifique chandelier composé d’une véritable chute des verres à vin. Par la suite, prenez le temps de contempler le fabuleux menu composé d’au moins 20 vins bien choisis vendus au verre, d’essayer les menus dégustations qui permettent de comparer trois cuvées provenant du même vigneron sans tomber de votre tabouret après avoir un peu trop abusé des bonnes choses présentes dans leur liste de vins constituée à 98 % d’importations privées. Cet établissement est un des premiers bars à vin en ville et il détient un permis de restaurant. Cela signifie que vous devrez prendre quelque chose à manger, mais les petites assiettes de gougères, les miniburgers de bison ou les célèbres grilled cheese rendront cette obligation des plus agréables. Repas requis

Buvette Chez Simone
Photograph: Buvette Chez Simone

2. Buvette Chez Simone

On devrait embouteiller l’eau qui coulait du robinet chez les Bélanger. Alors que Catherine a fondé Pullman, sa soeur Gabrielle et quatre autres amies incluant la Simone du même nom ont fondé la Buvette Chez Simone plus loin sur l’avenue du Parc. Ce bar, au décor plus simple que le Pullman, est décoré de bois et de grands tableaux d’ardoise. Il offre, pour se faire un fond avant de boire du vin, des assiettes de charcuteries et de fromages ainsi que des petits plats étonnamment sophistiqués dont les légumes proviennent de la ferme des propriétaires. Trois choses à ne pas manquer dans cet établissement : le poulet rôti, la terrasse l’été et la carte des vins qui change fréquemment, mais qui contient toujours des vins aux origines fascinantes (surtout de France). Repas requis

Advertising
Signorvino
Photograph: Courtesy Signorvino

3. Signorvino

Marco Romanelli aime se faire appeler « The Wine Guy». Cela explique peut-être le nom de l’excellent bar à vin qu’il a ouvert avec Roberto Cardillo en 2018 dans la Petite-Italie. Les deux hommes sont aussi propriétaires d’une entreprise d’import-export ce qui doit faciliter l’approvisionnement en vin de leur bar beaucoup plus facile. Quand on s’assoit dans un des quelque 50 sièges du bar (plus la terrasse), on ne peut que remarquer la longueur de la carte des vins ou les murs garnis de belles bouteilles de vin italiennes. Les bouteilles sur les murs vous feront rêver tandis que le menu vous rappellera quelles bouteilles sont abordables pour vous. Les plats sont traditionnels (gnocchi, risotto, ossobuco) et les portions sont généreuses. Cela vous donnera donc un excellent prétexte pour prendre un digestif et essayer les douzaines de sortes de grappa offertes.

Vin Papillon
Photograph: Courtesy Vin Papillon

4. Vin Papillon

Le Joe Beef est un établissement légendaire, mais il y est aussi notoirement difficile d’y obtenir une table. Leur fabuleux bar à vin, situé à deux pas du restaurant, ne prend pas de réservations, mais il y a fréquemment des files d’attente. L’attente en vaut toutefois amplement la peine grâce au décor funky, à l’inventivité exceptionnelle des plats au menu qui a fait connaître le Joe Beef à travers le monde et à une des meilleures sélections de vins au monde assemblée à l’aide du flair exceptionnel de la sommelière Vanya Filipovic. Vous verrez partout autour de vous des signes clairs que cet établissement veut offrir la meilleure nourriture et les meilleurs breuvages à ses clients. Ce voeu d’offrir ce qu’il y a de mieux se reflète sur les ardoises posées sur les murs en brique peinte, les magnifiques assiettes concoctées dans une cuisine ouverte et, pour terminer, le bar où toutes les bouteilles de vin essaient de se tailler une place et d’attirer votre attention. Repas requis

Advertising
Cul-Sec
Photograph: Courtesy Cul-Sec

5. Cul-sec

Situé à 10 minutes de marche d’une des meilleures SAQ de la ville de Montréal se trouve un des meilleurs bars à vin de la ville. Peut-être que les meilleures adresses du monde du vin font comme les raisins et se retrouvent en grappes. Martin Juneau (le chef propriétaire du Pastaga) et le copropriétaire font affaire avec les meilleurs importateurs privés et offrent même de repartir avec une bouteille si prenez un repas pour emporter! Après avoir consulté le menu (qui contient des huîtres, un superbe tartare de boeuf, un fabuleux ravioli de porc, etc.), vous voudrez peut-être toutefois boire une bouteille tirée de leur sélection de vraiment bons vins sur place (surtout naturels, biologiques,biodynamiques et certifiés comme tels) et vous installer sur un des grands tabourets en bois du bar. Repas requis

Le Rouge Gorge
Photograph: Le Rouge Gorge

6. Rouge-Gorge

Peu de bars montréalais sont aussi cool que ce lieu de rassemblement conçu par le designer Zébulon Perron. Avec ces comptoirs en marbre, ces murs de briques peints en blanc et un éclairage discret qui se diffuse à travers les lattes du plafond. Le propriétaire Alain Rochard connaît bien le vin, car il est aussi propriétaire d’un vignoble dans la région du Minervois dans le sud de la France. Il n’est donc pas surprenant que la carte des vins fasse honneur au pays natal du propriétaire. Le chef, son fils Julien, partage les mêmes inclinaisons que son père, mais il dépasse les frontières : sur le court, mais efficace menu, on retrouve des pâtes, des sévices, de la pieuvre, du tempura et des côtes levées barbecue sur le court. Vous pourrez aussi visiter l’Italie, l’Afrique du Sud, la Hongrie et l’Australie en optant pour un verre ou une bouteille sans quitter votre table décorée avec goût. Repas requis

Advertising
Larrys
Photograph: Courtesy Yelp/Bri G.

7. Larrys

Ce mignon bar-café-restaurant est une gracieuseté des propriétaires du Lawrence est sa vins sont encore plus branchés que les coupes de viandes offertes à leur restaurant et boucherie tous deux situés à un coin de rue. Évidemment, les charcuteries sont fantastiques, mais les plats à base de légumes ainsi que les toasts (flammkuchen et welsh rarebit) sont aussi à recommander. Les vins, qui viennent principalement d’importateurs privés, viennent de partout dans le monde et restent abordables. Si vous voulez dépenser près de 200 dollars sur un zibibo sicilien ou un pinot noir de la vallée de Pyramid en Nouvelle-Zélande, vous pouvez (et ça en vaudra la peine), mais il vous sera toutefois possible de trouver des bouteilles intéressantes pour le quart de ce montant.

Loïc
Photograph: Courtesy Loïc

8. Loïc

Cette ancienne succursale bancaire dans le quartier branché St-Henri a un intérieur très sombre toutefois agrémenté par un bar rouge vif, une terrasse ombragée sous les arbres et une carte des vins truffée de vins naturels avec une impressionnante liste de vins orange. Il n’est donc pas surprenant que ce lieu soit un des chouchous du quartier. Les gens se rendent ici pour y manger des huîtres au bacon ou un cheeseburger servi dans un pain brioché maison et pour y boire des vins aux origines fascinantes comme le Eduardo Torres Acosta (qui est passé des sols volcaniques de Tenerife aux fumerolles du Mont Etna en Sicile) ou le xérès en édition limitée de l’Equipo Navazos.

Advertising
Philémon Bar
Photograph: Courtesy Philémon Bar

9. Philémon

Un incontournable du Vieux-Montréal depuis 2010, le Philémon a été conçu par Zébulon Perron (qui est d’ailleurs un des copropriétaires) et sa carte des vins — tous des produits d’importation privée — a été conçue par Sébastien Langlois de la Buvette Chez Simone. La chef Misha Smarsik a créé des petits plats d’excellente qualité à base de légumes comme des tartines de champignons et de salade de betteraves. Les carnivores ne devraient toutefois pas avoir peur de manger ici, car le menu inclut aussi des tartares de boeuf, des charcuteries et de roboratifs plats de pâtes. Chez Philémon, la musique est forte, les bulles de luxe coulent à flot et les vins robustes ou bien orange règnent contribuent à la popularité de ses 5 à 7. La carte inclut d’ailleurs plus d’une dizaine de vins, mousseux ou non, en plus de plusieurs magnums pour quand la soirée dégénère et part sur les chapeaux de roue. Repas requis.

Mon Lapin
Photograph: Two Food Photographers

10. Mon Lapin

En 2018, l’équipe magique du Joe Beef s’est aventurée pour la première fois en dehors de Griffintown. Leur restaurant de la Petite-Italie possède seulement 25 places et ne prend pas de réservations.  Toutefois, votre patience sera récompensée par une magnifique sélection de vins nature et un menu de délicieux petits plats constamment renouvelés conçu la chef Jessica Noël comme des moules de Salt Spring Island jumelées à des pleurotes d’Hochelaga. Tout semble avoir été pensé dans les moindres détails de la carte des vins parfaitement calibrée, au menu et au décor aussi inspiré que confortable. Le plus grand problème auquel vous ferez face sera d’être en mesure de sortir ajun et pas trop ruiné.

Advertising
Les Cavistes
Photograph: Les Cavistes

11. Les Cavistes

Un excellent endroit pour goûter plusieurs vins importés, incluant certains avec quelques années derrière la cravate, ce bistro-bar d’Ahuntsic d’inspiration française concocte ses repas à partir d'ingrédients canadiens; c’est le meilleur des mondes et de notre terroir, à la fois dans leurs plats et dans leurs verres. Le décor ici est accrocheur — plancher au damier blanc et noir, bancs de bar recouvert de cuir émeraude assorti aux lampes industrielles sinueuses — et la sélection de vin oscille de produits abordables et intéressants aux sommités vinicoles offertes à prix raisonnables. Les choix au menu sont ce à quoi on s’attend : huitres, tartare de boeuf, charcuteries et fromage, steak frites — et les classiques tels que la soupe à l’oignon française avec du bouillon de porc fumé, ou du boudin accompagné d’une purée de céleri-rave et de topinambours. Repas requis

Bar Furco
Photograph: Stéphane Groleau

12. Furco

La relecture minimaliste du décor de la Compagnie canadienne des fourrures par le designer Zébulon Perron, qui a d’ailleurs reçu des prix, attire les amateurs de vin du centre-ville dans cet établissement. Le menu ici est aventureux — caille au caramel de chili, dorade poêlée et pieuvre marinée et ris de veau s’affichent sur leur menu — de même que leur sélection de vin aux options surprenantes telles que le vin orange et des cépages surprenants, la plupart tout droit venus d’Europe. Si vous êtes peu enclin à essayer ces options farfelues, des charcuteries et fromages n’attendent qu’à être accompagnés de chardonnays ou de bordeaux. Il reste que peu importe votre inclinaison, l’endroit vous laissera au chaud comme savaient le faire les manteaux en fourrure de la bannière d’antan. Repas requis

Advertising
Le Diplomate
Photograph: Clayton Sandhu

13. Le Diplomate

Le chef Aaron Langille est de ceux qui croient que les meilleurs onguents se trouvent dans les plus petits pots. Son resto n’a que 25 places, la plupart agglomérées autour du bar donnant sur la cuisine, vous permettant de voir votre repas prendre forme tout en sirotant un verre ou deux de vins naturels. C’est une longue liste, mais en voici quelques-uns : beaucoup de Jura, de Beaujolais et de Vin de France, une tonne de vins oranges et quelques vins australiens. Les années qu’a passées Langille à Barcelone l’ont manifestement influencé: ses repas s’inspirent des tapas — cette entrée espagnole.  Or, la cuisine asiatique a aussi laissé sa trace sur le chef. Pensons au dashi à la sauce XO, une touche de umiboshi ici, du curry vert par là. L’accord met-vin devient alors un défi intéressant… jusqu’à ce que leur saké ne se mette de la partie!

La Champagnerie
Photograph: Courtesy La Champagnerie

14. Maison Saint-Paul

Ok: peut-être que vous n’avez jamais sabré des bulles — un art demandant de créer des vibrations sur le col de la bouteille en cherchant l’invisible couture — le point faible de la bouteille permettant de rompre le col dans une finale dramatique. Peut-être n’avez-vous jamais essayé le Franciacorta, ce vin pétillant du nord de l’Italie qui ferait pâlir n’importe quel Prosecco. Ce resto-bar du Vieux-Montréal, avec ses murs de brique, brille à la fois pour son style et pour son service de sabrage, et aussi pour son menu qui va de la raclette à la Burrata di Puglia en passant par les sautés de fruits de mer, la poutine au homard et au foie gras. Comme si ce n’était pas assez pour vous convaincre d’y aller, un DJ accompagne vos soupers la fin de semaine; qui aurait cru que boire du vin fortement connoté à la célébration pourrait être aussi amusant? Repas requis.

Advertising
Elena
Photograph: Dominique Lafond

15. Club Social P.S.

Insatisfaite du succès de leur deuxième restaurant Elena, les fondateurs italophiles du Nora Gray ont ouvert ce petit bar aux couleurs vives dans le même immeuble de Saint-Henri. Dirigez-vous vers l’arrière du bâtiment et installez-vous à l’une des places disponibles à l’intérieur ou bien rejoignez leur terrasse extérieure. Par la suite, prenez un bon café matinal fait à partir de grains éthiopiens du torréfacteur de Mello Palheta, ensuite mangez une tranche de pizza al-taglio de style romain et rendez-vous dans le sud de l’Italie avec une excellente pointe de pizza de style napolitain tout droit sortie du four à bois du Elena’s pendant la soirée. Vous aurez besoin de faire descendre toute cette pâte et la liste des vins, surtout naturels et italiens, choisie par le copropriétaire Ryan Gray pourra vous aider à accomplir cet objectif. Est-ce que le vin orange va bien avec la pizza ? Voici votre chance de le découvrir.

Le Majestique
Photograph: Courtesy Yelp/Le Majestique

16. Le Majestique

OK, cet établissement est un bar. Mais toutefois, vous aurez besoin de manger un peu si vous voulez avoir la chance de vous rendre jusqu’à 3 heures du matin (l’heure de fermeture) en ne vacillant pas trop sur votre siège. Vous aurez l’embarras du choix : le menu original a été conçu par Charles-Antoine Crête anciennement du Toqué! et le chef actuel (et copropriétaire) Dominic Lalonde, également un ancien du Toqué!, semble avoir beaucoup de plaisir en cuisine. La réputation du  célèbre hot dog d’un pied garni de moutarde épicée et d’une salade de poireaux n’est plus à refaire tout comme celle de la carte des vins. Ceux-ci proviennent principalement d’importations privées et mettent de l’avant des petits producteurs artisanaux. Enfin, il y a le décor hétéroclite et original de Thomas Csano qui ajoute à l’ambiance avec son long bar et ses petites tables en bois.

Advertising
L'Express
Photograph: André Cornellier

17. L’Express

Ce restaurant est un des meilleurs en ville et il sert une cuisine française classique. Il possède également un cellier bien garni de 11 000 bouteilles sélectionnées avec soin. Toutes les bonnes listes de vins dignes de ce nom à Montréal sont redevables à Mario Brossoit qui responsable de cette incroyable cave à vin. Le décor, planifié par le regretté Luc Laporte, semble tout droit sorti d’un film du milieu du vingtième siècle avec ses tuiles noires et blanches, ses grands miroirs, les tabourets en velours rouge accotés au bar, les nappes blanches avec aussi, évidemment, un palmier. Le personnel connaît bien son vin : Brossoit indique que l’établissement n’emploie aucun sommelier, uniquement des serveurs qui connaissent et comprennent le monde du vin. Peu de bars à vin peuvent en dire autant. Repas requis

Le Petit Alep
Photograph: Courtesy Yelp/Jonny M.

18. Le Petit Alep

Ce n’est jamais un désavantage pour un restaurant d’être situé à proximité du Marché Jean-Talon. Le restaurant Alep et son petit frère Le Petit Alep, qui est un bar à vin sans flafla qui ne prend pas les réservations, sont vraiment tout près du marché. Ils indiquent préparer de la nourriture syrienne arménienne et certains de leurs plats sont plutôt inconnus comme du muhammara (fait à partir de chapelure, de graines de pomme grenade et de mélasse) un tartare de kibbeh levantin, mais aussi d’autres spécialités plus connues comme des falafels et de l’humus. Leur carte des vins, aussi longue que surprenante, inclut beaucoup de vins français ainsi que des cépages italiens, espagnols, slovènes et grecs. Après tout, si certains l’ont oublié, la Syrie est également un pays méditerranéen!

Voulez-vous boire quelque chose de plus fort?

Recommandé

    Vous aimerez aussi

      Advertising