Recevez Time Out dans votre boite mail

Rameniac
Photograph: Rameniac / Facebook

17 bols remplis d'umami : Voici le meilleur ramen de Montréal

Voici où manger le meilleur ramen à Montréal pour des dîners rapides et délicieux et des repas hivernaux d'umami.

Écrit par
JP Karwacki
Contributeurs
Sebastien Helary
et
Robert Jennings
Publicité

MISE À JOUR, décembre 2021 : Quelques nouveaux noms délicieux ont fait leur apparition dans la ville et nous nous en voudrions de ne pas les inclure dans notre liste des meilleurs ramen de Montréal, notamment les bombes umami, les nouvelles cuisines fantômes et les options végétaliennes.

Il fut un temps où le bon ramen authentique était dur à trouver à Montréal, mais ce n’est heureusement plus le cas ; on trouve d’excellents bols dans presque tous les coins de la ville. Alors que le ramen ne figure pas toujours dans les plats les moins chers en ville, ce repas bien consistant vaut quelques dollars de plus. Certains de ces endroits sont bons pour un lunch rapide, alors que d’autres conviennent à un souper complet de plusieurs services. Si vous cherchez d’autres repas à base de soupe, il y en a plusieurs sur notre liste des meilleurs restaurants chinois de Montréal. Pour d’autres options japonaises, consultez notre liste des meilleurs sushis de Montréal.

RECOMMANDÉ : Guide complet des meilleurs restaurants de Montréal

Time Out Market Montréal
  • Restaurants
  • prix 2 sur 4

Considérez ce projet du Time Out Market comme la rencontre de deux grands maîtres de la cuisine montréalaise. C'est ici que Hideyuki Imaizumi, dont le sens de l'hospitalité se retrouve au café Osmo x Marusan au Plateau, travaille avec la coqueluche de Chinatown, Tetsuya Shimizu, chef et copropriétaire de Fleurs et Cadeaux. Ensemble, ils créent quelques-uns des meilleurs plats japonais de la ville ; bols de ramen savoureux, donburi au curry, œufs onsen soyeux et karaages croustillants et juteux à l'intérieur. Une seule bouchée est tout ce qu'il faudra pour vous rendre accro aussi.

Où trouver les meilleurs ramens à Montréal

Véritablement l'un des grands restaurants japonais de Montréal, Kazu est connu pour servir des menus incroyablement délicieux aux longues files d'attente à l'heure du dîner. C'est toutefois au déjeuner que l'on trouve les ramen : Un riche bouillon shoyu est rempli d'un choix de légumes, de porc BBQ, de poulet ou de tofu et accompagné d'un œuf mariné au soja. En hiver, prenez un tabouret dans l'espace restreint de la salle à manger, à la fois intime et immaculé. Même si vous avez envie de savourer votre bol, ne tardez pas trop ; il y aura une autre file de montréalais affamés qui vous regarderont avec avidité par la fenêtre.

Le ramen de Yokato Yokabai, qui est considéré comme le meilleur de la ville, est distribué à la louche selon le principe du premier arrivé, premier servi. C'est d'autant plus précieux qu'ils ne prennent pas de réservations. Leur menu, petit mais puissant, propose des soupes tonkotsu, végétariennes et gomami - une soupe à base de lait de soja et de pâte de sésame - accompagnées d'une petite gamme d'options comme le poulet karaage, le porc barbecue chasu ou le tofu braisé. Si vous voulez la gamme complète des plats izakaya, allez à son restaurant frère Ichigo Ichie, mais vous n'y penserez plus une fois que vous aurez rempli votre ventre d'un bol ici.

Publicité

La vitrine d'Ichifuku arbore fièrement sa propre machine à nouilles importée directement du Japon, ce qui en fait l'une des rares boutiques de la ville à fabriquer ses bols à partir de rien, nouilles et tout. Au menu, on trouve les variétés traditionnelles shoyu, miso et tonkotsu, ainsi que des saveurs épicées tan tan men et curry. Cependant, pour tous les amateurs de sensations fortes, la spécialité du restaurant est le ramen volcano, qui va du niveau 0 "non épicé" au niveau 3 "déconseillé" et qui vous permettra de passer les hivers montréalais. Ne dites pas que nous ne vous avons pas prévenus.

Même si Dalla Rose fait partie des boutiques qui servent les meilleures glaces de Montréal, et même si leurs ventes de glaces ne semblent pas vouloir s'arrêter, même en hiver, les propriétaires Michael Dalla Libera et Nick Rosati ont décidé de transformer leur boutique de glaces en un restaurant de ramen lorsque la température extérieure a baissé. Une sorte de pop-up qui revient chaque année à Saint-Henri, leur petit menu à carreaux a été inspiré par les voyages du chef Libera à Kyoto et en Chine : Des soupes à base de miso avec une option végétalienne aussi profonde et délicieuse. Profitez-en tant qu'il est encore temps pendant les mois les plus froids de l'année (les dates d'ouverture varient).

Publicité

Vous trouverez un énorme menu de deux pages rempli de choix dans ce restaurant de ramen, dont l'emplacement d'origine est toujours ouvert sur Saint-Laurent dans le Mile End et qui a été ajouté plus récemment sur la rue Bishop au centre-ville. Tsukuyomi se spécialise dans les soupes tonkotsu laiteuses avec six variantes, des garnitures variées et un menu couronné de deux options végétaliennes (original et miso épicé). De plus, leur sélection d'applications est tout aussi délicieuse que leurs soupes, notamment les remarquables takoyakis et chasu don bowls.

En apportant des tapas japonais soignés à Verdun, l'atmosphère dynamique du Kokochi est revigorante et le menu est très varié, des sandos katsu aux yakitori en passant par les dons chirashi et les gyozas. Quant aux ramen, leur version du plat n'est pas à prendre à la légère : Imaginez un luxueux bouillon tonkotsu avec des nouilles épaisses, un œuf Nitamago, des champignons Enoki et un épais morceau de poitrine de porc gras.

Publicité

Umami Ramen est l'idée du chef et copropriétaire Cédric Charron, diplômé de l'ITHQ, dont l'amour du ramen l'a amené à faire un stage au Japon pour mieux apprendre le métier. Mais après avoir adopté un mode de vie végétalien, Charron n'a pas été rassasié par la plupart des interprétations végétales de ce plat. Il a donc créé cet izakaya du Mile-Ex 100 % végétalien. Le décor est chic, l'ambiance est raffinée, le service est excellent, et vous ne vous douteriez jamais qu'aucun animal n'a été blessé au cours du processus. C'est l'un des meilleurs bols de ramen de la ville, mais aussi l'une des meilleures expériences gastronomiques végétaliennes.

Le nom japonais de ce restaurant, qui sert des bols depuis 1999, pourrait vous déconcerter lorsque vous regardez la section des soupes de leur menu ; la soupe wonton chinoise et le pho vietnamien se trouvent juste à côté de leur unique option de ramen. De plus, Tampopo est aussi le nom d'un fantastique "western ramen" réalisé par Juzo Itami, il y a donc fort à parier que le nom de ce restaurant est basé sur la fierté qu'ils ont derrière leur propre style. Il s'agit d'une curieuse concoction de bouillon miso avec du tahini et du lait de coco, et si cela peut effrayer un puritain ou deux, vous pouvez être sûr que c'est bon et que ça vaut le déplacement.

Publicité

L'OG des izakayas de Montréal, connu pour son atmosphère festive et son approvisionnement à vie en bombes de saké, Imadake est également un concurrent sérieux pour le ramen. Leur sélection s'est élargie au fil des ans et comprend maintenant un ramen miso végétalien avec un bouillon de lait d'avoine pour plus d'onctuosité ainsi que l'alléchant Kuromayu plein d'ail noir.

Après avoir ouvert douze restaurants dans la région du Grand Toronto, à Ottawa et à Kitchener, la chaîne de ramen Sansotei se lance à l'assaut de Montréal en ouvrant une succursale sur Ste-Catherine Ouest, près de la Place-des-Arts. Leur riche bouillon de porc est préparé chaque jour et leur sélection de bols comprend des versions à l'ail noir, au tantan épicé et à la tomate qui sauront satisfaire les palais les plus exigeants. C'est un endroit à découvrir la prochaine fois que vous serez dans le quartier pour vous cultiver.

Publicité

Situé à l'origine sur Mackay dans le centre-ville, le magasin de ramen anciennement connu sous le nom de Schlouppe Bistrot Nakamichi s'est déraciné dans le Mile End et a simplifié son offre. Leurs nouveaux locaux sont confortables mais lumineux et accueillants, et leurs soupes restent parmi les meilleures de la ville. Le menu est minimaliste, avec un choix de bouillon blanc ou rouge, avec ou sans œuf, et un supplément de viande pour les gros appétits. Les bols de shoyu à la truffe, végétaliens ou végétariens, sont également remarquables.

Alors que ce bistro japonais du Plateau ne sert pas de ramen, strictement parlant, nous n’avons pas pu éviter de le mentionner, grâce à son excellent mazemen, c’est-à-dire, ramen sans soupe. Ce plat aux nouilles est généralement garni d’uni et accompagné par un os à moelle. Pour le rendre croustillant, on rajoute des échalotes frites, ainsi que des ognons verts, le tout enrichi par de l’huile de truffe.

Publicité

On oublie parfois que le ramen, avec toutes ses parties riches et délicieuses, est en réalité un repas destiné à être descendu dans la solitude, rapidement à l'heure du déjeuner. Le Kumamoto est le seul établissement de la ville à bien maîtriser cette facette, puisque la "salle à manger" est un hall de cabines où vous vous asseyez, passez votre commande et profitez de la cuisine qui vous sert à travers votre propre fenêtre sur l'action. C'est une expérience tellement calme et réservée que vous retiendrez des gorgées d'appréciation en creusant dans un tonkotsu ou un tantan men avec du porc haché. Rappelez-vous, ne soyez pas timide : Manger ici ne concerne que vous.

Le pendant en ramen de l'izakaya Kurobata, le choix principal ici est leur signature tonkotsu avec des tranches de porc BBQ sur le dessus. Il y a aussi une option gyu (bœuf) que l'on ne trouve nulle part ailleurs en ville et qui met un peu de piquant, ainsi qu'un choix végétalien yasai qui utilise un bouillon à base de champignons pour accompagner son tofu. La petite carte de ramen de Ramen Ya reste simple, mais une grande variété d'options n'est pas toujours le meilleur indicateur de qualité.

Publicité

Avec plus de 30 établissements dans le monde et une recommandation du guide Michelin à son actif, Misoya est un lieu de prédilection pour les étudiants de Concordia depuis son ouverture sur Bishop. Misoya, c'est avant tout du miso, avec des déclinaisons comme le miso rouge Kome, plus audacieux, le miso blanc Shiro, plus subtil, ainsi que des variantes épicées Tonkotsu, curry japonais et Tantan. Les garnitures sont nombreuses, allant du kimchi au tofu frit, et des options entièrement végétariennes sont également disponibles. Un deuxième établissement propose également des bols dans le hall de restauration du Central depuis son ouverture.

Cette chaîne torontoise a posé son premier pied sur la rue Bishop en 2016 et s'est depuis étendue à six franchises dans la grande région de Montréal, ainsi qu'à une septième sur l'île exotique de Laval. Doté de serveurs et de cuisiniers à la voix endiablée qui accueillent bruyamment votre arrivée, Kinton fait les suspects habituels de variétés de ramen au poulet, au porc ou aux légumes, avec un choix de nouilles épaisses ou fines. Les ramens éphémères du mois sont particulièrement intéressants, tout comme les repas à trois plats qui comprennent, au choix, des ramen, des gyoza, des karaage ou des edamame, ainsi qu'un gâteau au fromage décadent ou une glace au matcha.

Publicité

Située dans le Chinatown West à côté de l’Université Concordia, cette chaine basée à Toronto a vite gagné une réputation à Montréal pour son ambiance fêtarde, ses tournées de saké à n’en finir et ses grignotines japonaises. Cependant, le service du midi est (un peu) moins alcoolisé et se concentre sur des variations novatrices sur le ramen. Si vous en avez assez des classiques (tonkotsu et miso), essayez un ramen yuzu shio or la version épicée qui vient avec une tasse de kakiage don, pour un prix spécial de lunch à 17 $.

Recommandé

    Plus de Love Local

      Vous aimerez aussi
        Publicité