Recevez Time Out dans votre boite mail

Ryu
Photograph: Ryu / ryusushi.ca

Où manger le meilleur sushi à Montréal : 27 superbes restaurants

Voici les meilleurs sushis de Montréal, du service omakase à la livraison, en passant par les options de restauration à volonté.

Écrit par
JP Karwacki
et
Amie Watson
Contributeur
Tommy Dion
Publicité

MISE À JOUR, décembre 2021 : Même si le monde de la restauration à Montréal a été secoué par une pandémie, notre liste de noms pour les meilleurs sushis à Montréal n'a fait que s'allonger pour inclure cinq autres bonnes adresses, et cela inclut un nouveau lieu pour de somptueux services omakase avec toute la théâtralité que vous pourriez souhaiter. Mangez et donnez de généreux pourboires, et n'oubliez pas d'être patient avec le service pendant que l'industrie hôtelière reprend pied.

Comme Jiro, nous rêvons aussi de sushis, mais comme nous sommes au Canada, nous nous contenterons des meilleurs sushis de Montréal. Les options de restauration japonaise de cette ville sont très variées, allant du meilleur ramen de Montréal, qui rassasie l'âme, à notre scène izakaya en plein essor, qui constitue une bonne partie des meilleurs bars et restaurants de la ville, mais nous avons tous une place spéciale dans nos cœurs pour quelques sushis de choix, et nous avons de la variété à revendre : Les options proposées ici vont du bon marché et décontracté au haut de gamme et chic, des coupes traditionnelles et habiles aux coupes innovantes et non conventionnelles. Que vous soyez à la recherche d'un menu dégustation élaboré, d'un saké pour deux avec quelques rouleaux ou simplement d'un bon repas bon marché, vous le trouverez ici.

RECOMMANDÉ : Le guide complet des meilleurs restaurants de Montréal

Time Out Market Montréal
  • Restaurants

Quel est le secret de la réussite du restaurant Le Blossom du Time Out Market? Est-ce l’éclat du couteau, la main ferme ou la chaleur de la flamme nue? Attendez-vous à retrouver les plats les plus populaires de ce restaurant du Village, notamment des plateaux d’oshizushis pressés, des sashimis d’une fraîcheur irréprochable et des makis savoureux, des bols poké regorgeant d’ingrédients délicieux et d’innombrables spécialités de la cuisine japonaise contemporaine. Véritable délice pour les yeux et les papilles, chaque plat explose de couleurs et de saveurs.

 

Le meilleur sushi à Montréal

Prenez siège à ce sushi bar de l’avenue Laurier, et ça ne vous prendra pas longtemps avant d’admirer, vous aussi, la façon dont chef Junichi Ikematsu prépare d’une main de maître chaque limon, chaque crevette botan et chaque nigiri de saumon biologique. Né à Kyoto, le chef à l’établissement homonyme offre aussi une variété de choix pour ceux au goût plus aventureux, comme son maki de crabe à carapace molle aux épices Cajun, à l’avocat, au concombre et au caramel de soya, ou des assiettes d’omble de l’Arctique fumées au thé vert avec du shiso, des pommes et de la crème au matcha.

Pour une expérience plus intime, l'épicerie japonaise voisine d'Ikematsu, Ôkini (un comptoir de poissons, un comptoir de pâtisseries, des plats préparés et de la sauce soja fermentée à la maison constituent une expérience olfactive unique), accueille occasionnellement des dîners omakase de sushis très haut de gamme à son bar de huit places, ainsi que des 5 à 7 de saké et des ateliers de cuisine à côté de Jun I - quelque chose à attendre avec impatience lorsque les rassemblements dans les restaurants sont autorisés. Ne manquez pas non plus de commander les délicieux desserts du chef pâtissier Tomoko Watanabe.

Publicité

Si on vous disait que vous pourriez accéder au meilleur poisson au Japon sans quitter l’île de Montréal? Une grande partie du poisson utilisé par chef Antonio Park, comme son vivaneau kaimin tai à l’acupuncture, viennent tout droit du marché Tsukiji de Tokyo. Des petits luxes comme ça contribuent à faire d’un repas à son bar à sushi une des expériences d’omakase les plus décadentes au Québec. Pour quelque chose de plus restreint (et plus doux pour le portefeuille), les boîtes bento, au dîner, et la soupe aux nouilles faites maison, pour le brunch, sont à ne pas manquer.

Chinatown s'est enrichi d'une nouvelle encoche tendance avec l'arrivée de ce snack-bar japonais. Bien qu'il faille normalement du temps pour voir si un nouveau nom est à la hauteur des meilleurs de la ville, le travail du chef Tetsuya Shimizu ne devrait pas nécessiter d'introduction. Ses talents de kaiseki sont ici pleinement exposés, créant des bento ornés qui sont plus des boîtes à bijoux comestibles qu'autre chose. Des sakés et des vins naturels de choix sont également disponibles ici, alors prenez une bouteille pour accompagner votre repas lorsque vous passez.

Publicité

Lorsque ce restaurant, autrefois de la taille d'une boîte à chaussures, s'est agrandi dans la rue, les amateurs de cuisine japonaise traditionnelle se sont réjouis. Ils n'ont plus à faire la queue à l'extérieur pour le bol de porc 48 heures ou l'assiette de sashimi de thon en tranches. Désormais, la file est légèrement plus courte et au moins à l'abri du froid en hiver. Mais dans tous les cas, les plats abordables du chef Kazuo Akutsu valent la peine d'attendre. Sur les petits papiers jaunes collés aux murs, qui indiquent les plats du jour, ne manquez pas le sashimi de pétoncles et les cornichons faits maison.

Mais qu’est-ce qu’on voit là? Des sushis certifiés écoresponsables, à Montréal? Maintenant vous pouvez vous sentir mieux à l’idée de commander des assiettes de saumon royal, de bar rayé sauvage, de limon, d’albacore, de pétoncles, de dorade, de cho-toro, d’o-toro et de vivaneau campêche. Avec cinq succursales, vous pouvez choisir selon l’ambiance ou la proximité désirée, qui s’étendent de la spacieuse adresse de Westmount, avec son décor pierre-métal-bois, à celle située dans la section des départs de l’aéroport.

Publicité

Les copropriétaires Hanhak Kim et Hiroshi Kitano ajoutent une pincée française à leur cuisine japonaise familiale chez Otto Bistro. Le menu habituel est rempli d’options comme des salades de canard rôti, de la moelle avec du beurre de soya fouetté ou du sakamushi de fruits de mer au miso blanc, au vinaigre balsamique de soya sucré et aux noix de cajou, le tout cuit à la vapeur de saké. Le vrai secret hors-menu est toutefois de s’attabler au comptoir et de laisser chef Kitano créer votre omakase devant vous avec ce qui se trouve à être frais ce soir-là, comme du katsuo bonito ou de l’uni d’Hokkaido.

Ce restaurant établi à Montréal depuis longtemps est le seul endroit en ville à offrir une expérience kaiseki, sur réservation seulement. On parle ici d’un repas de 15 services accompagné de saké, où la séquence des mets et le choix de la vaisselle sont aussi importants que la qualité et la saisonnalité des ingrédients. Si vous avez oublié de réserver une semaine à l’avance, vous pourrez quand même commander à partir d’un des menus de nigiris et de sashimis les plus exhaustifs en ville.

Publicité

Les makis fusion adorés du chef Trì Dư n’existeraient pas si en 1979, lui et quatre de ses amis n’avaient pas volé un bateau militaire au Viêtnam et n’avaient pas fui au Canada en passant par les Philippines. Dư a ensuite gravi les échelons des restaurants de sushi montréalais pour éventuellement ouvrir son restaurant homonyme haut de gamme sur l’avenue Laurier. On y trouve un décor certes impressionnant où les éléments de bois règnent, mais qui ne détrône pas la nourriture qu’on y sert. Le fils du chef Dư a joint les rangs de son père et est à la tête du P’tit Tri, lui plus au nord, dans La-Petite-Patrie.

Okeya Kyujiro, situé sur la rue de la Montagne au Centre-Ville, est le lieu du tout premier omakase théâtral à Montréal. C’est autour d’un comptoir d’une quinzaine de places que vous pourrez déguster la quintessence des sushis, nigiris, sashimis et autres spécialités nippones, tous préparés et servis devant vous les uns après les autres, à travers une chorégraphie comme nul autre. Une expérience à vivre ne serait-ce qu’une seule fois dans sa vie !

Publicité

Le Saiko Bistrot est certainement le restaurant à sushis le plus sous-estimé de la ville. Non seulement le chef Shin Ichi-San a un savoir-faire incroyable, mais il utilise que la crème de la crème des poissons et fruits de mer. On peut bien les commander ou les prendre à emporter, mais ce serait rater le spectacle que le chef offre tous les soirs d’activité. Notre conseil : prendre le menu Omakaze !

Maiko est la destination de choix du West Island pour des nigiris, des sashimis et des makis fusion hauts de gamme. Le restaurant crée des plats artistiques appuyés en umami depuis plus de 20 ans, incluant des pétoncles royaux braisés au chalumeau drapés sur des makis à l’avocat avec de la mayonnaise à la truffe et de la sauce d’oursin; des sashimis de homard avec des jalapeños, du yuzu, du pomelo, du tobiko, des framboises et du riz croustillant; et des makis de foie gras poêlé enroulés dans du papier de soya avec des raisins et de la verdure croquante.

Publicité

Ouvert en 1987, Mikado est l’un des premiers restaurants de sushi à avoir ouvert à Montréal. Il compte maintenant trois succursales, qui ont chacune un avantage qui leur est propre : sur Laurier on trouve une pièce de tatamis, sur Saint-Denis, deux pièces privées et sur Monkland, une terrasse qui peut accueillir 12 personnes. Peu importe laquelle vous choisissez, elles valent toutes une visite pour l’omakase à six services et les assiettes de sushis du chef-propriétaire Kimio Nguyen.

Demandez à la plupart des habitants du Plateau où ils vont pour des sushis abordables, et ils vous répondront Saint Sushi. C’est parce que depuis 2013, Saeng Outhipvongxay, ancien sous-chef de chez Tri Express, est à sa tête et y offre une expérience plus décontractée mais en mettant le même accent sur les rouleaux fusion. Il honore même son ancien maître avec un rouleau maki appelé le Sensei. Fait amusant : c’est le seul rouleau qui ne soit pas nommé d’après un musicien. L’autre excentricité au menu? On y retrouve de la sauce au yogourt… à toutes les sauces. Il ne faut jamais dire jamais.

Publicité

Propulsée par deux jeunes frères jumeaux à la fois infatigables et proactifs, la Boîte Geisha est l’un des meilleurs sushis rapport qualité/prix en ville. Signe que nous n’avons pas terminé d’entendre parler des frères Viet et Nam, ceux qui signe également le menu de la boîte de nuit La Voûte ont ouvert une deuxième Boîte Geisha à Laval. Des pizzas sushis jusqu’aux Boîtes Geisha, il y a de quoi satisfaire toute rage de sushis.

Ouvert officiellement au printemps 2021, Sushi Dept. est le petit frère du Ryu, que l’on connaît bien – lui également —, pour ses sushis, sashimis et autres spécialités japonaises. Même si l’image de marque est plus « jeune et branchée », cela n’empêche pas à l’équipe de suivre les traces de son grand frère en offrant que des poissons issus de pêche durable, et ce, dans des emballages entièrement recyclables et compostables. Dernier fait à noter, Sushi Dept. est un comptoir à emporter ou en livraison uniquement.

Publicité

Avant d’ouvrir Ohana Sushi Végane situé sur l’Avenue Mont-Royal, la cheffe Minh Tran a évolué pendant plusieurs années aux côtés de nul autre que Tri Du, du très populaire restaurant Tri Express. Si le savoir-faire reste (presque) le même, elle a dû travailler très fort pour arriver avec un (délicieux) menu entièrement végane, qui saura confondre les plus sceptiques. On craque pour le Black Angel, le Sunrise, ou le tataki de faux thon. À noter également que plusieurs options sont sans gluten.

Dans l'est de la ville, le restaurant de MJ Guertin est passé d'un menu de sushis végétariens et pescatariens à un menu entièrement végétalien, à la demande générale. Et le meilleur, c'est qu'il est tout aussi formidable que le menu à base de poisson. Au-delà des habituels rouleaux de concombre et d'avocat, la gamme d'ingrédients végétariens s'étend jusqu'au poulet fictif et aux bols de poké au boeuf jerk. Même sans le poisson, il y a quelque chose pour tout le monde ici. Si vous étiez un fan averti de Sata Sushi mais que vous trouvez un endroit appelé Jones Café à sa place à l'adresse habituelle d'Hochelaga ? Ne vous inquiétez pas, ils ont simplement déplacé le concept en octobre 2020, mais les mêmes excellents sushis sont au menu. 

Publicité

Qui dit que le sushi végétalien est moins excitant que son homologue aquatique? Certainement pas le propriétaire de sushi Momo, Christian Ventura, qui prouve que des rouleaux makis fourrés de patate douce, de mangue, d’avocat, de sirop d’érable et de yuzu peuvent être aussi délectables qu’une version plus poissonneuse. Le bel emballage qui les accompagne ne fait pas de mal non plus — en termes du décor zen mélangeant la brique et le bois, et aussi du côté des sushis — et pareil pour sa liste de vins naturels, de cocktails et de sakés.

Ouvert à Saint-Henri au début du mois de décembre 2018, Le Kioko's a attiré une attention considérable pour ses sushis frais à déguster avant qu'ils ne disparaissent. Dans le Before Times, le restaurant s'est distingué par sa gamme de maki traditionnels qui étaient servis aux côtés de poke bowls, de tartares et de spécialités comme le phoque et la raie. Aujourd'hui, l'accent est mis sur les sushis pour l'instant, mais une augmentation de l'attention ne signifie qu'une augmentation de la qualité.

Publicité

Venez pour le sushi, restez pour le saké. Ça devrait être le slogan de Kyo, où vous pouvez commander de tout, incluant du honjozo Toji No Banshaku au verre (le breuvage de fin de journée de choix des maîtres brasseurs de cette brasserie de Niigata), des bouteilles de nigori Dassai 50 abordables (un saké trouble de grande qualité) et du Junmai Daiginjo « Pearls of Simplicity » Konteki. Quel que soit votre poison, il s’agence parfaitement avec une assiette de la spécialité de la maison, les makis frits.

Situé à l’une des extrémités de la ligne orange, ce restaurant de sushi de quartier passe inaperçu parmi la file de restaurants hétéroclites du boulevard Décarie. On sert une tonne d’options ici, mais c’est l’endroit où aller dans le coin pour des sushis de qualité pour une fraction du prix de ce qu’on sert ailleurs. Réservez à l’avance ou planifiez de prendre votre commande de chu-toro coupé épais, de rouleaux kamikaze et de nigiris à l’omelette tamago pour emporter.

Publicité

Ce magnifique restaurant de sushis végétaliens situé sur le Vieux-Port est l'œuvre de Christian Ventura, propriétaire de Sushi Momo, et de Dominic Bujold, propriétaire de Sushi Shop et des restaurants végétariens LOV. Le design d'inspiration zen de Jacinthe Piotte fait de Bloom Sushi le restaurant végétarien le plus romantique de la ville, grâce au bois et au feuillage qui ornent le bar enveloppant et la salle à manger adjacente. Le menu est une liste exhaustive d'amuse-bouches créatifs, de makis, de cocktails et de sakés, du Kamikaze roll avec cœur de palmier et avocat au Bollywood avec crevette végétalienne, patate douce et aïoli au curry. Il y a même des nigiri au champignon enoki mariné et un nigiri à la tomate "Tunato" avec garniture d'oignons verts et glaçage balsamique.

Ce restaurant est la création de la propriétaire Madonna Bailey et de ses amis du restaurant du centre-ville Shô-Dan, qui se sont dit que le West Island était dû pour son premier restaurant de sushis haut de gamme en 2003. Depuis, la clientèle se déplace pour son ambiance — des murs lambrissés de bois et couverts de tableaux, un comptoir à sushis coloré en bleu royal par les lampes qui le surplombent — autant que pour ses rouleaux fusion.

Publicité

Ce 15-places est « apportez votre vin », mais la plupart des gens choisissent de prendre leurs sushis pour emporter ou de se les faire livrer, donc c’est plutôt « apportez votre vingt ». De toute façon, vous pouvez avoir le vin, ou même la bière ou le saké de votre choix à la maison, mais allez-vous vraiment préparer votre propre rouleau au smoked meat fit (cornichons inclus)?

On retrouve tous les suspects habituels dans ce minuscule comptoir à sushi et dépanneur de produits asiatiques; des rouleaux californiens, des sushi-pizzas et des nigiris parmi les moins chers en ville se retrouvent sur le menu pour manger sur place. Pour une meilleure ambiance, joignez-vous à la file et prenez votre commande pour emporter, et n’oubliez pas d’attraper une boîte de Pocky et des mochis glacés avant de partir.

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité